Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  johanna le Jeu 23 Aoû 2012 - 23:03

Je sais que certaines d’entre vous, tout comme moi, ont mis au courant de leur singularité, (particularité ?) certains de leurs proches. Ressentez vous comme moi, une fois l’effet d’annonce passé, un énorme non-dit qui s’installe.
En ce qui me concerne, j’ai fait part de ce que je suis à mes parents, à mon frère et à ma sœur. Et ce directement et clairement.
Je l’ai fait aussi à une amie bio, amie de 40 ans maintenant ! Lorsque nous nous rencontrons, elle me demande systématiquement des nouvelles de Johanna mais ne souhaite pas la rencontrer. Mais ça, c'est un peu une autre histoire....
Je l’ai dit aussi il y a maintenant 13 ans à la femme avec laquelle je vivais jusqu’il y a 6 mois. Ça a toujours été, peu ou prou, un sujet tabou entre nous. Nous en parlions de temps en temps entre nous mais chacun pensait que l’autre s’y prenait mal pour en parler ce qui provoquait d’énormes et lancinantes discussions plus ou moins vaines sur le sujet.
Je suis en train de divorcer d’avec elle. Cependant, une chose est sûre pour moi, ce n’est pas à cause de Johanna que j’ai souhaité et provoqué cette séparation.
Mais voilà, personne de ceux qui « savent » ne veulent, «n’osent » (ou peut-être ne pensent) à me poser cette question : « est-ce que ton «état de travesti » est un élément déterminant de ce divorce ». Je sens (mais peut-être me fais-je des idées) que cette question est latente mais que chacun reste dans le « non-dit ». Mode « j’occulte et j’élude » pour ne pas savoir.
D'ou cette interrogation sur le "non dit".
Et vous, avez vous des expérience similaire et vous reconnaissez vous peu ou prou dans ce que je décris ?



johanna
johanna

Messages : 153
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 65
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  mimi_qc le Ven 24 Aoû 2012 - 22:07

Bonjour Johanna

Oui je me reconnais bien dans certains exemples que tu donnes. Pour ma part mes parents ne le savent pas, mais 3-4 amis proches et ma copine si. Avec elle c'est un peu comme ce que tu décris très bien... trouver mutuellement qu'on en parle mal et se prendre la tête à tourner en rond. Mais bon, malgré tout ça évolue lentement, on réussi périodiquement à se dire des nouvelles choses à ce sujet qui sont autant de petites barrières ôtées du chemin. Du parcours pardon. (haha). Heureusement pour nous, la relation se porte encore fort bien. Mais je me demande comment tu peux affirmer avec certitude que Johanna n'est pas impliquée dans ta rupture. Je ne te remets pas en cause, c'est une question sincère.

Quant au non-dit et bien... Oui il y a quelque chose comme un non-dit entre moi et mes amis, et surement aussi avec ma conjointe mais d'un autre ordre. Si j'ai fait un coming out à un ami, ça soulève d'abord quelques questions de sa part généralement. On en discute, je suis heureuse d'en parler et de démystifier l'affaire. Puis, après 2 ou 3 de ces échanges, le sujet est en quelque sorte occulté. Et quand moi je décide d'en parler un peu, je sens toujours qu'on m'écoute par politesse mais qu'il y a une sorte de malaise. Il n'y a plus de questions. Rien.

Je ne sais pas si on peut parler de non-dit, ou simplement de malaise, d'absence d'intérêt, etc. Le dernier ami à qui j'en ai parlé, qui est aussi celui avec qui l'amitié a la plus longue durée, m'a dit récemment, alors que je lui demandais si ça l'ennuyait que j'en parle, que ça ne l'ennuyait pas mais qu'il ne voulait pas que j'en parle pour "l'éduquer" sur la chose. Je lui avais effectivement dit que je n'avais pas l'impression qu'il comprenait ce que j'étais, puisqu'il ramenait toujours ça à ses propres expériences fétichistes ou marginales. J'ai eu l'impression, lors de cette dernière conversation, qu'il me disait qu'il n'était pas intéressé à en parler, mais à me parler, à parler avec Mimi. Enfin, je ne sais pas trop... Peut-être cette hésitation, mon confinement à la clandestinité fini-t-il par agacer. Du genre "arrête de causer et agis, tu m'emmerdes avec tes paroles creuses".

Je trouve que l'attention de ton amie, de te demander systématiquement des nouvelles, est géniale. Il me semble que ça me ferait vraiment plaisir. Plutôt que d'être obligée à chaque fois d'emmener le sujet moi-même, en ayant l'air de faire une fixation sur mon nombril. Ou alors j'ai vraiment une fixation...! comen?

C'est un peu obscur comme commentaire, désolée, un peu grippée et fatiguée... Mais j'espère que tu y verras une pertinence avec ton expérience!

Et au fait, pourquoi voudrais-tu qu'ils te posent cette question par rapport à ton divorce?



mimi_qc
mimi_qc

Messages : 115
Date d'inscription : 11/08/2012
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Clotilde29 le Ven 24 Aoû 2012 - 22:41

Salut les filles !
Je suis comme vous, j'aime bien parler de mon état.
Et sans doute parce que en parler me fait exister.
Alors que nos ami(e)s n'ont pas besoin d'en parler sans cesse pour exister, eux/elles.
Qu'en pensez-vous?
Clotilde cloti
Clotilde29
Clotilde29

Messages : 1437
Date d'inscription : 30/10/2010
Age : 70
Localisation : Roma, ma vengo dalla Bretagna

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Jacqueline Landau le Sam 25 Aoû 2012 - 2:58

Johanna, mimi et Clothilde,

C'est cruel de penser de soi en termes de "non-dit". J'ai sans doute une veine inouïe mais je me suis tout de suite présentée à ma mère, mes frères et mes soeurs sous les traits de Jacqueline, dès que j'en ai eu l'occasion -- pas tous en même temps, mais le résultat est le même. Si bien que, quand on se voit à nouveau, j'essaie de fréquenter ma mère et mes soeurs sous l'aspect de Jacqueline chaque fois que je le peux, la conversation va directement sur Jacqueline. Je raconte ce que je vis sans détour. Cela m'a valu, jusqu'à ce jour, l'acceptation inconditionnelle de tous. Je sais que ma situation est enviable à plusieurs égards. Mon épouse m'accepte et je ne lui cache pas ma recherche d'identité car je tiens à partager avec elle mes doutes et mes rêves. Tant de confiance de sa part? J'ai la chance qu'elle me laisse beaucoup de liberté en me laissant m'habiller dans la maison, en sa présence et celle des enfants, qui acceptent aussi. Je ne sais pas à quoi attribuer ma chance? Je sais que beaucoup préfèrent annoncer leur identité féminine sous les traits de leur identité masculine. C'est peut-être le chemin le moins risqué mais peut-être que ça ne suffit pas à rompre la résistance envers soi? Je me souviens encore la première fois que j'ai rendu visite à ma mère sous les traits de Jacqueline. Les premières minutes ont été sous le signe de la crainte, crainte que je veuille changer de sexe et prendre des hormones. Mais dès que j'ai rassuré ma mère que cela n'était pas dans mes intentions, alors le ton est passé de la tristesse à l'acceptation paisible. Si c'est mon choix, elle et tous ceux à qui je l'ai annoncé l'ont très bien accepté. Après tout, je suis seule responsable de ce qui m'arrive dans ma vie, c'est moi qui en assume tous les risques sociaux. Je ne suis pas prête à tout perdre pour le plaisir de sortir en femme mais c'est une force en moi que je veux vivre.

Jacqueline Landau
Jacqueline Landau

Messages : 28
Date d'inscription : 12/08/2012
Age : 61
Localisation : Montréal

http://jacquelinelandau.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  jonquille le Sam 25 Aoû 2012 - 12:40

Mais voilà, personne de ceux qui « savent » ne veulent, «n’osent » (ou peut-être ne pensent) à me poser cette question : « est-ce que ton «état de travesti » est un élément déterminant de ce divorce ».
Johanna,

Si j'étais à la place de ces personnes je crois que je ne parlerai pas de "ton état de travesti" un divorce est déjà assez difficile à vivre et compliqué (même pour l'entourage parfois à qui ce chamboulement fait de la peine) !

Je pense qu'ils n'ont pas envie d'en rajouter une couche même si ils s'interroge, si tu vois ce que je veux dire ...... puis les gens ne sont pas dans ton couple et ma foi n'ont pas à juger même si c'était la question qu'ils pourraient éventuellement se poser cela ne les regarde pas ......

Ils doivent juste être à tes côté pour te soutenir.

(ce n'est que mon avis)

Bisous









_________________
« Ceux qui disent toujours du bien des femmes ne les connaissent pas assez ; ceux qui en disent toujours du mal ne les connaissent pas du tout. »
jonquille
jonquille

Messages : 958
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 60
Localisation : région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Avalon le Dim 26 Aoû 2012 - 20:10

Clotilde29 a écrit:Salut les filles !
Je suis comme vous, j'aime bien parler de mon état.
Et sans doute parce que en parler me fait exister.
Alors que nos ami(e)s n'ont pas besoin d'en parler sans cesse pour exister, eux/elles.
Qu'en pensez-vous?
Clotilde cloti

Je suis plutôt dans la catégorie 2. Je n'ai pas besoin d'en parler. Je dirais même qu'en faire un sujet de débat perpétuel me casse vraiment les pieds. Je le suis, point à la ligne...
La gène des gens reste assez rare, finalement. Je vois bien que certaines personnes se posent la question mais je fais en sorte de les décoincer en restant naturelle et souriante. Et bon... ma foi ça passe tout seul. Ils se font l'idée qu'ils veulent et voila.
Si j'en juge par la qualité de mes relations avec mes proches et relations, je dirai que globalement ça va plutôt bien. Une espèce de compromis s'est sans doute installé...


Dernière édition par Avalon le Mar 28 Aoû 2012 - 13:07, édité 1 fois
Avalon
Avalon

Messages : 1998
Date d'inscription : 31/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Invité le Lun 27 Aoû 2012 - 0:04

ouf , j'eu peur de me sentir une nouvelle fois seule .

en effet , qu'une personne viendrait a me parler de mon etat de T (rien que de l'ecrire me fait c.....) m'ennuirait profondement , il en serait de même si elle me parlait de mon etat d'hommme ( re pfffffff) , et zut de zut , je suis une personne , rien qu'une personne comme toutes personnes . je ne cherche pas a etre reconnue en tant que travesti , transgenre ou transsexuel , ce n'est pas mon but !!!!!!!!!!! que l'on me demande comment je vais , ok , mais pas en tant que T , cela reviendrait a : alors aujourd'hui tu est quoi ? T ? homme? femme ?

Johanna , l'on ne divorce pas parceque son conjoint est travesti ( je marque bien travesti) , cela peut etre un des elements mais la cassure est autre . il ne faut quand même pas metre le travestissement au même rang que l'alcolisme , la violence conjugal , j'en passe et des pires .
si tes amis ne te pose pas la question a savoir « est-ce que ton «état de travesti » est un élément déterminant de ce divorce », c'est tout simplement que ce sont de vrais amis et qu'il savent deja que la reponse est NON !!!!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Michele-Anne le Mer 3 Oct 2012 - 22:03

Pour ce qui me concerne, personne ne sait... que les amies (vous) :rir1: Enfin, ce n'est pas tout à fait exact: ma mère le sait sûrement depuis qu'elle a ouvert ma valise, un jour, alors que je l'avais préparée pour rejoindre mon premier emploi et que j'étais toute jeunette: Elle voulait y mettre quelque chose, naturellement, et elle n'a pas pu ne pas voir qu'il n'y avait que des fringues de fille dedans... C'était en mon absence et elle ne m'en a jamais reparlé; ca fait bien vingt-cinq ans de ca...
Michele-Anne
Michele-Anne

Messages : 1221
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 58
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Helyette le Mer 3 Oct 2012 - 23:08

Le silence de la mère ! Assourdissant, non ? comen?

Ouaip... C etait pas loin du Vercors, en effet !
Helyette
Helyette

Messages : 2404
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 74
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Avalon le Jeu 4 Oct 2012 - 14:22

Michele-Anne a écrit:Pour ce qui me concerne, personne ne sait... que les amies (vous) Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? 243916 Enfin, ce n'est pas tout à fait exact: ma mère le sait sûrement depuis qu'elle a ouvert ma valise
La mienne a eu une réaction marrante. Je lui montrais des photos de vacances (J'y étais en style très décontractée pas maquillée vous voyez). Sans arrières pensées me concernant, juste pour qu'elle voit ou on était. Sans jamais avoir abordé le sujet Tg avec elle.
Elle les regarde et me sort un "T'es jolie..." comme ça à froid. Me regarde à nouveau et ajoute "C'est pas étonnant en fait". Je crois qu'elle s'est rappelée de mon enfance ou j’arrêtais pas. Je dévalisais la garde robe de ma sœur lol. On n'en as pas parlé plus. C'est passé comme ça.

Mon père, ça a été plus subtil. On en a jamais parlé. Mais à mon anniversaire j'ai reçu une carte avec dessus... Un gros nounours! lol


Dernière édition par Avalon le Sam 6 Oct 2012 - 17:06, édité 1 fois
Avalon
Avalon

Messages : 1998
Date d'inscription : 31/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty NON DIT

Message  CHRISTINE le Jeu 4 Oct 2012 - 19:00

Bonsoir Johanna,
je suis d'accord avec Cleme. On ne divorce pas parce que l'on est T.......! Je suis moi même divorcé(e), un première fois, mais ce n'était pas à cause de ma féminité, car elle était au courant et on en jouait, mais bien parce que l'on ne s'entendait plus!
En ce qui concerne tes amis, certainement qu'ils se posent la question, et on ne peut rien y faire, en matière de divorce personne n'est conseilleur, et crois moi, il vaut mieux n'en parler à personne. De toute façon, je pense que les torts son toujours à 50/50!
Voilà, j'espère t'avoir donné ma part d'expérience et non de conseils!
Biz.
CHRISTINE
CHRISTINE

Messages : 163
Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 60
Localisation : Breteuil

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Aurélie le Sam 6 Oct 2012 - 19:31

Le non dit …


A part mon épouse, personne n’est officiellement au courant.

Néanmoins, certains amis ou voisins (et peut-être même mes enfants) ont eu l’occasion de m’apercevoir en femme, de loin …
Je ne suis pas sûre que l’on m’ait reconnue, mais pas sûre du contraire non plus.

Personne n’aborde le sujet. Ce non-dit ne me gêne pas.

Ceux que cela gêne n’ont qu’à en parler (en général, ils n’osent pas …) ou passer leur chemin.

Il est néanmoins arrivé qu’un collègue de travail essaye de me faire parler sur ce sujet.
Je lui ai fait poliment comprendre qu’il est la dernière personne à qui je parlerais de ma vie privée.

Je veille à tenir ce petit monde à distance respectable (en fait, ce qui m’importe, c’est qu’on me respecte …).


Bisous
Aurélie
Aurélie
Aurélie

Messages : 470
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : Bouches du Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ? Empty Re: Pourquoi suis–je un non-dit perpétuel ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum