Sketches divers

Aller en bas

Sketches divers Empty Sketches divers

Message  Michele-Anne le Dim 9 Jan 2011 - 21:57

La Femme Etourdie.
Sketch policier
par
Michèle-Anne Roncières

La Scène représente une pièce de commissariat, avec un bureau (et une machine à écrire dessus), une chaise, des clapets administratifs.
Personnages: Le commissaire, assis sur son bureau.
Un suspect, les menottes au poignet, assis sur une chaise, devant le bureau.

Le Commissaire:
-"Bon, alors, reprenons depuis le début: On a retrouvé votre épouse découpée en 3261 petits morceaux soigneusement enveloppés dans du papier d'aluminium placés au fond de votre congélateur sous une triple couche de surgelés. Pouvez-vous m'expliquer cela ?"

Le suspect:
-"Oh, bien volontiers, Monsieur le commissaire, rien de plus facile: c'est la nounou des enfants qui a voulu leur faire des épinards à midi: elle a cherche dans la couche des petit pois, celle des haricots, puis celle des pomme de terre rissolées... en vain... Alors elle a creusé plus profond, elle a pris un des paquets, l'a ouvert tant bien que mal... et voilà, le mal était fait, elle a reconnu ma femme... et appelé la police..."

Le Commissaire:
-"Elle est physionomiste, votre employée de maison, malheureusement pour vous !"

Le suspect:
-"Non, pas tant que ça... Mais faut dire qu'elle est tombée sur le morceau qui contenait l'oeil gauche...celui qui était en verre suite à une bénigne dispute conjugale antérieure... alors, forcément..."

Le Commissaire:
-"Oui, bon, enfin ce n'est pas ce que je vous demande, de toutes façons: ce que je veux savoir, c'est comment votre femme en est arrivée là, dans votre congélateur et dans cet état!"

Le suspect:
-"Par maladresse, Monsieur le Président... Monsieur le Commissaire, pardon... Oui, c'est l'oeuvre de la fatalité..."

Le Commissaire:
-"Dites-donc mon vieux... si vous espérez me faire le coup du "Je nettoyais mon Opinel et le coup est parti tout seul, je vous invite tout de suite à trouver autre chose !"

Le Suspect (offusqué):
-"Mais pas du tout Monsieur le Commissaire, parole d'honneur ! Quand je parlais de maladresse, je parlais de sa maladresse à elle, ma femme ! Oh, je sais, les apparences sont contre moi..."

Le Commissaire (lisant des témoignages):
-"Vous vous disputiez souvent... "

Le suspect:
-"Mais tous les jours, Monsieur le Commissaire, tous les jours, dès que je rentrais du travail: c'est ça la passion ! Dieu merci, nous n'étions pas un de ces couples moribonds qui n'ont plus rien à se dire ! Non, chez nous, les échanges étaient continuels, profonds, soutenus, intenses !"

Le Commissaire:
-"Au point que, voici quinze jours, un passant a failli être tué par une pendule de cheminée Louis XVI qui, projetée avec violence à travers la fenêtre de votre salle à manger, a poursuivi sa chute dans la rue.."

Le Suspect:
-"Oui, c'était un objet de famille auquel je tenais, et ma femme a voulu ainsi attirer mon attention sur le fait que j'avais oublié de prendre du pain en rentrant de mon bureau, comme elle me l'avait répété à plusieurs reprises au téléphone dans la journée."

Le Commissaire:
-"Intervenant sur les lieux, une patrouille d'agents de quartier a essuyé des coups de feu que vous avez tiré sur elle à travers votre porte..."

Le suspect:
-"Ca c'était une erreur de tir, Monsieur le Commissaire: j'avais pris la vieille pétoire que mon grand-père maintenait toujours chargée en parlant à ma grand-mère, celle que je n''ai que très peu connue... Comme ma femme m'avait, ainsi que je vous l'ai déjà dit, dérangé au bureau lors de réunions importantes avec ses incessants coups de fil, j'ai tenté de détruire le petit guéridon qu'elle avait acheté avec l'argent durement économisé en vue de l'achat d'un ordinateur personnel... Mais ces vieux engins ne tirent pas juste du tout... et c'est par une erreur bien involontaire, je vous prie de le croire, que vos hommes ont dû redévaler l'escalier à toute vitesse."

Le Commissaire:
-"Parce qu'une Kalachnicov de la guerre du Golfe, bien graissée et en parfait état de marche, vous appelez ça une vieille pétoire ?"

Le suspect:(honteux)
-"Je n'y connais rien en armes, Monsieur le Commissaire... Pour moi c'est un souvenir de famille que je traite avec amour et qui me rappelle des moments forts de la vie familiale... Tenez: c'est sous sa garde vigilante que Maman a mangé les champignons tragiques qui... Ah, si Papa avait su... Il avait sorti la pétoire pour que personne ne mange les champignons de Maman à sa place. Ah Mon Dieu comme il était gai mon pauvre père ce soir là, si content de sa cueillette... Il avait absolument tenu à les lui faire goûter sur le champ, sans même les cuisiner...."

Le Commissaire:
-"Donc, c'était comme cela tous les jours... jusqu'à la semaine dernière. Jusqu'à Lundi dernier. Là, brusquement, plus rien."

Le Supect:
-"Oui... En fait, ça correspond presque au moment où Germaine est morte. Lundi... oui, ça correspond exactement, je veux dire... Ah quel vide, quel grand vide, Monsieur le Commissaire... Vous êtes marié ?"

Le Commissaire:
-"Non, non..."

Le supect:
-"Oh, alors vous ne pouvez pas comprendre... Vous comprenez, pour vous, le vide, ce n'est que du vide... Mais pour moi, le vide, c'est... l'envers du trop plein... Vous voyez ce que je veux dire ?"

Le Commissaire:
-"Non, pas trop... Mais puisque nous en sommes au jour de sa mort, vous pourriez peut-être m'éclairer sur les circonstances de son décès ?"

Le suspect:
-"Volontiers, Monsieur le Commissaire, vo-lon-tiers... Je disais donc.. que c'était la fatalité... Et d'abord, Monsieur le Commissaire, je veux vous faire une confidence; sachez que ma femme n'est pas décédée dans le congélateur, non pas du tout..."

Le Commissaire:
-"Vous faites bien de l'avouer, car nous nous en doutions un peu, figurez-vous... L'autopsie l'a confirmé."

Le suspect:
-"Ah, j'en étais sûr ! Je me disais: "Maintenant, avec la Police Scientifique, rien ne leur échappe, il va falloir que je leur raconte tout en détail si je ne veux pas être suspecté à tort !". Je vois que j'ai eu raison, et j'espère que vous me saurez gré de ma coopération !

Le Commissaire:
-"Puisque vous êtes si enthousiaste à l'idée de coopérer à l'enquête, voici de quoi alimenter votre désir: l'autopsie des morceaux a révélé que votre femme est morte d'une fibrillation cardiaque due vraisemblablement à un choc électrique..."

Le suspect (secouant la tête avec pitié):
-"Une mort horrible, Monsieur le Commissaire, mais purement accidentelle: je le sais: j'ai tout vu !"

Le Commissaire (patelin):
-"Alors allez y, racontez moi ce qui s'est passé..."

Le Supect:
-"Oui mon Père... Je veux dire, Monsieur le Commissaire... Eh bien voilà: Savez vous quelles sont, selon les statistiques officielles, les deux pièces les plus dangereuses dans une maison ?"

Le Commissaire:
-"Non..."

Le suspect:
-"La cuisine et la salle de bains... Et bien je confirme: Ma femme est morte dans la salle de bains... Ce qui est, dans une certaine mesure, logique puisqu'elle ne mettait quasiment jamais les pieds dans la cuisine... Des surgelés passés au micro-ondes, des oeufs durs à l'eau bouillante, voilà à quoi se réduisait son savoir-faire en matière de cuisine, Monsieur le Commissaire ! C'est même moi qui lui grillais ses tartines le matin, c'est vous dire ! Et d'ailleurs, c'est là la cause de sa mort, oui j'avoue, c'est moi le responsable: si je l'avais obligée à faire ses tartines elle-même, cette tragédie n'aurait jamais eu lieu !"

Le Commissaire:
-"Vous avouez !"

Le suspect:
-"Oui, j'avoue ! Je suis coupable ! Coupable d'avoir été trop bon, trop attentionné. Tenez, jugez vous même: Ce matin là, elle était en retard, comme d'habitude, et dès son réveil, elle a sauté dans le bain que je lui avais préparé exprès."

Le Commissaire:
-"Et alors ?"

Le suspect:
-"Et alors moi j'étais à côté de la baignoire, en train de lui faire griller ses tartines avec le grille-pain électrique !"

Le Commissaire (soupçonneux):
-"Drôle d'endroit pour faire griller des tartines, vous ne trouvez pas ?"

Le suspect:
-"Mais naturellement ! Je suis bien d'accord avec vous ! Et surtout, c'est d'une imprudence folle, la suite ne l'a que trop prouvé, hélas ! Moi je ne voulais pas, mais c'est elle qui m'y a forcé, Monsieur le Commissaire: comme elle était affreusement en retard, elle voulait absolument manger ses tartines grillées dans son bain. Et puis elle était très maniaque et voulait à tout prix contrôler le degré de grillade... ce qui ne pouvait se faire que si j'étais à côté d'elle..."

Le Commissaire:
-"Je vois... Et que s'est il passé ensuite ?"

Le suspect (essuyant une larme):
-"Ah Monsieur le Commissaire, excusez mon chagrin, mais... vous réveillez là des souvenirs bien douloureux... la blessure ne s'est pas encore complètement refermée... Enfin voilà... Elle a pris place dans ce qu'il est maintenant inévitable d'appeler "la baignoire tragique"... moi, pendant ce temps, je commençais à faire griller les tartines, qui n'étaient en fait que deux tranches de pain grossièrement coupées... comme elle les aimait... et puis le drame est arrivé... A un moment, elle a dû dire "Passe moi le peignoir"....

Le Commissaire:
-"Et alors ?"

Le suspect (accablé):
-"J'ai dû mal comprendre... Dans mon dos, j'ai entendu "Passe moi le pain noir"... J'ai cru qu'elle était debout... Comme les tartines n'était pas finies de griller, je lui ai tendu le grille pain... Le temps de réaliser mon erreur... Ma femme était toute bleue, d'un bleu... électrique, les mains tétanisées sur l'appareil. Seigneur, quelle vision ! Je me demande si je m'en remettrai un jour..."

Le Commissaire:
-"Qu'avez vous fait alors ?"

Le suspect:
-"Je me suis bien gardé de la toucher, évidemment... Vous savez, Monsieur le Commissaire, le courant électrique, c'est très dangereux, et il ne faut jamais toucher un électrocuté, sous peine de se faire électrocuter soi-même... C'est ce qu'on dit, en tout cas... Je n'ai pas voulu courir le risque... Déjà que ma femme paraissait en fâcheuse posture, ce n'était pas la peine de risquer un accident ! Alors j'ai couru couper le compteur, mais je t'en fiche ! Pas moyen de mettre la main dessus ! Ah, Déveine, quand tu nous tiens !"

Le Commissaire:
-"Vous ne saviez pas où était votre compteur électrique ?"

Le suspect:
-"Hélas non... Ah, c'est bien vrai qu'on n'est jamais trop prudent ! On dit toujours que ça n'arrive qu'aux autres, et puis... la réalité vous rappelle à l'ordre... durement, Monsieur le Commissaire, durement !J'ai fait tous les étages, y compris la cave et le grenier... et même la cabane de jardin, à tout hasard, dans l'affolement... A un moment, je suis bien tombé sur le tableau d'alimentation, mais, hélas, je n'ai rien d'un bricoleur: comme je n'y comprenais rien, j'ai dû enlever tous les fusibles les uns après les autres avant de trouver celui de la salle de bains... Naturellement, comme toujours en pareil cas, c'était le dernier... la fatalité je vous dis !"

Le Commissaire:
-"Et ensuite ?"

Le suspect:
-"Je suis revenu dans la salle de bains, la mort dans l'âme... Ah, je me doutais bien de ce que j'allais y trouver ! Ma femme gisait dans la baignoire, encore un peu fumante; elle qui n'aurait jamais touché à une cigarette !"

Le Commissaire:
-"Tout ça n'explique pas pourquoi on a retrouvé des traces d'eau dans les fragments de ses poumons !"

Le suspect:
-"Oh ça, ce n'est pas compliqué, Monsieur le Commissaire: ma femme s'entraînait tous les matins dans sa baignoire pleine à ras-bord à faire de la plongée en apnée, en prévision des vacances. Et... ce n'est pas ternir sa mémoire (paix à son âme) que de vous dévoiler que ses capacités en la matière étaient des plus réduites: chaque fois, qu' elle buvait la tasse, chaque fois !"

Le Commissaire:
-"Et les traces d'une cordelette autour du cou ? Vous expliquez ça comment ?"

Le suspect:
-"Ah ça... c'est sûrement quand j'ai essayé de la sortir de la baignoire... On n'imagine pas ce que ça peut être lourd un cadavre ! Surtout que ma femme n'avait rien d'une sylphide... Ah, décidément, dire si je n'avais pas cédé à tous ses caprices, elle serait peut-être encore en vie aujourd'hui... Comment pourrai-je jamais me le pardonner! Enfin bref, sur un corps inanimé, on n'a pas de prise, rien... pour la sortir de la baignoire, j'ai dû utiliser des cordes nouées autour des membres... et de la tête, et puis tirer de toutes mes forces... Ca n'a pas été une partie de plaisir, croyez moi... Faut dire que je n'ai pas pensé à utiliser la poussée d'Archimède: vous voyez, seuls les assassins pensent à tout !"

Le Commissaire:
-"Ecoutez, cher Monsieur: pour le grille-pain, ça peut arriver; pour l'eau dans les poumons, c'est plausible; pour la cordelette autour du cou, je veux bien l'admettre; mais, tout de même, votre femme, c'est en 3261 morceaux qu'on l'a retrouvée, et dans le congélateur encore ! Vous êtes sûr que vous n'avez rien à me dire ?"

Le suspect:
-"En ce qui concerne le congélateur, c'est simple... Je ne pouvais quand même pas la laisser à l'air libre... Et puis toute cette viande étalée par terre comme sur un étal... moi ça me donnait mal au coeur... c'est pas ma faute, je suis d'un naturel sensible, Monsieur le Commissaire!"

Le Commissaire (impatient):
-"Mais justement ! Les morceaux ! Pourquoi avoir découpé votre femme en plus de trois mille morceaux ???!"

Le suspect (baissant la tête):
-"Pour ce qui est des morceaux... ça c'est autre chose... Je reconnais... j'aurais pas dû... Mais c'est comme qui dirait... un hommage posthume..."

Le Commissaire (fronçant les sourcils):
-"Expliquez-vous !"

Le suspect (bredouillant):
-"Ben voilà... Ma femme... sa grande passion, c'était les puzzles... Elle en faisait tout le temps, partout, des petits, des gros... Elle ne pensait qu'à ça... Au point qu'elle me disait tout le temps: "Chéri, si je meurs avant toi un jour, jure moi que tu me feras inhumer de telle façon qu'on sache quelle était la passion de ma vie. " Oui ,voilà ce qu'elle me disait, Monsieur le Commissaire: Un pressentiment, sans doute... Que voulez-vous, j'ai juré... Je ne savais absolument pas comment j'allais m'y prendre, mais j'ai juré... Et puis là, devant son corps qu'il fallait encore que je monte par l'escalier, brusquement, j'ai eu l'inspiration... C'est drôle la vie, non ? Enfin... je sais que ce n'est pas très légal mais les dernières volontés de mon épouse, à mes yeux c'était plus sacré que tout. Je suis comme ça, moi, quand je promets, je tiens parole... On ne peut pas m'embêter pour ça, quand même, n'est-ce pas Monsieur le Commissaire ?"

Le Commissaire:
-"Admettons... Seulement, y a quand même comme un os dans votre histoire, si vous permettez: parce que le médecin légiste a essayé de reconstituer le corps de votre femme avec les morceaux qu'on a retrouvés dans votre congélateur, figurez-vous... Et il est formel: il en manque !!!"

Le suspect (très étonné):
-"Non ? Ca alors... Pourtant... je peux vous dire que je les ai comptés et recomptés plus d'une fois... J'avais tellement peur d'en avoir oublié... Faut dire que ça a été long... Dix lames de scie à métaux, ça m'a coûté... Je sais que j'aurais pas dû en faire autant, mais là encore, c'est pour ma femme: trois mille pièces, c'est un sacré puzzle pour quelqu'un qui n'a jamais pu en finir un de plus de vingt, c'est même une sorte de record posthume, si vous voulez... Je crois qu'elle aurait été très fière."

Le Commissaire (fatigué):
-"Monsieur... s'il vous plaît... Savez vous où sont les morceaux manquants ? Qu'en avez-vous fait ?"

Le suspect (réfléchissant):
-"Ah ça... Je n'en ai pas la moindre idée ! Voyons... est-ce que par hasard, par distraction, en préparant les repas... Non, impossible, je n'aime que la viande fraîche... Le chat, peut-être ? Non, sorti de ses croquettes, il n'y a plus personne... A moins que... Ah, bon sang mais c'est bien sûr !"

Le Commissaire:
-"Quoi donc ?"

Le suspect:
-"C'est encore un coup de ma femme ! Ah , celle-ci, elle n'en fera jamais d'autres ! Savez vous pourquoi elle ne pouvait pas arriver au bout de ses puzzles ? Vous ne devinerez jamais ! Allez, je vous le donne en mille: Elle a toujours perdu des pièces avant d'en venir à bout !
Michele-Anne
Michele-Anne

Messages : 1222
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 58
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Sketches divers Empty Re: Sketches divers

Message  Béatrice le Lun 10 Jan 2011 - 8:32

rir3 rir3 rir3 rir3
Béatrice
Béatrice

Messages : 5700
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 63

Revenir en haut Aller en bas

Sketches divers Empty Re: Sketches divers

Message  Clotilde29 le Lun 10 Jan 2011 - 9:12

Je ne sais pas comment on écrit "ENORME ECLAT DE RIRE" en smiley, mais c'est ce que je viens de faire.
Plus sérieusement, Michèle-Anne, tu n'aurais pas forcé sur les champignons hallucinogènes, des fois?
Ou alors, fumé la moquette?

Bises
Clotilde
pouff
Clotilde29
Clotilde29

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2010
Age : 70
Localisation : Roma, ma vengo dalla Bretagna

Revenir en haut Aller en bas

Sketches divers Empty Re: Sketches divers

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum