Sur notre féminité

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  ClaireL le Sam 8 Déc 2018 - 15:29

Pour en revenir à l'expression de la féminité, peut-être devons-nous la caractériser en dehors de la transidentité. Il y a sans doute peu de spécificités dans l'approche d'une femme transgenre si ce n'est, comme cela a déjà été dit, d'exacerber l'expression féminine puisque c'est elle qui motive ce chemin personnel féminin.

Ce qui suit est un schéma très simplificateur, j'en conviens. Il souffre des exceptions et manque de nuances mais a le mérite de rendre les choses très lisibles, j'espère. A minima pour les mammifères, la différence de rôles entre le mâle et la femelle a conduit à doter le mâle d'une qualité de force et la femelle d'une qualité de sensibilité pour être davantage attentive à la progéniture. Cette qualité ne se voyant pas de l'extérieur, que peut faire une femelle pour séduire un mâle quand le mâle dispose de signaux visibles de force ? Pour le genre humain, au fil des temps, la femme a développé des charmes visibles de l'homme en plus de ceux qui lui sont inhérents : ses formes douces.

L'expression de genre induit une différence de ressenti de l'homme à l'égard de la femme et inversement. Si la différence n'était pas ressentie, le genre disparaîtrait, socialement les êtres humains se comporteraient sur un seul mode, seules les différences génitales subsisteraient. Triste perspective. Pour échapper à cela, pour trouver de l'affection auprès d'un-e partenaire, la séduction, consciente ou non, passe par l'expression de genre. Les hommes expriment leur masculinité, les femmes leur féminité. Comment exprimer la féminité ? Les réponses tombent rapidement dans les clichés qui ne sont pas tant que cela des clichés. Pour que la féminité soit rapidement perçue par l'homme (qui, rappelons-le, manque singulièrement de clairvoyance  rir3), il faut que les signes d'expression de genre soient très connus et partagés, d'où les clichés : les vêtements, le maquillage, le comportement d'une "blonde", la voix féminine, la gestuelle, etc. La subtilité vient du fait que les femmes cisgenres mais également transgenres vont utiliser tout ou partie de ces registres avec plus ou moins de profondeur. Et nous, femmes transgenres, aimons souvent les cultiver tous !

ClaireL

Messages : 168
Date d'inscription : 03/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Michelle m le Sam 8 Déc 2018 - 16:56

Puisque que nous parlons beaucoup des relations entres les femmes trans et les homme et assez peu de l'inverse en dehors des relations de couples avant et après coming out , faut il en déduire que la majorité des travestits et femmes trans sont surtout attirées par les hommes ?
avatar
Michelle m

Messages : 2936
Date d'inscription : 12/06/2014
Age : 61
Localisation : 29600

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Avalon le Sam 8 Déc 2018 - 17:33

Pour ce que je crois avoir compris, je dirai 50/50. Il y a une proportion d'entre elles qui serait aussi transg/transg. Mais c'est une nébuleuse dans laquelle les affinités sont assez mouvantes. Difficile de se prononcer.
Il me semble néanmoins que les couples hommes transgenres concernent plutôt les tg avancés ou vivant en full time. Les débutantes et occasionnelles oscilleraient plus volontiers entre femmes cisgenres et consœurs.
Mais c'est une approche très personnelle. Je n'ai jamais vu de statistiques là dessus.
avatar
Avalon

Messages : 1420
Date d'inscription : 31/10/2010
Localisation : RP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  ClaireL le Sam 8 Déc 2018 - 17:48

Je partage la tendance évoquée par Morgane.
Cependant, je crois qu'au début, il faut déjà accepter sa transidentité. Accepter de plus une liaison avec un homme est un autre franchissement en soi si la personne n'était pas homosexuelle avant.
avatar
ClaireL

Messages : 168
Date d'inscription : 03/04/2018
Age : 53
Localisation : Guyancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  galwenne le Sam 8 Déc 2018 - 19:08

Pour mon expérience et la connaissance de femmes trans et  de transgenre je dirais qu'une majorité se disent préférer les femmes et rares sont celles qui avouent aimer les hommes même si elles se réunissent plus facilement entre genre identique pouff

Personnellement, je ferais partie de celles, qui en tant que femme rechercherait si le besoin s'en faisait sentir la compagnie masculine, car ce serait pour la femme qui vit en moi une simple logique.

je ne vais pas m'étendre sur les préférences de chacune mais je pense que nous avons toutes un besoin ou un ressenti différent.
avatar
galwenne

Messages : 1773
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 57
Localisation : doubs département 25

Voir le profil de l'utilisateur http://fr.netlog.com/galwenne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Avalon le Sam 8 Déc 2018 - 21:22

ClaireL a écrit:Accepter de plus une liaison avec un homme est un autre franchissement en soi si la personne n'était pas homosexuelle avant.
Intéressant. Si je compare à mon expérience.
Mes premières expériences de rapports homme / tg remontent à la fin de l'adolescence. À cette époque, j'ai connu les doutes et les peurs de toute femme dans cette situation. Mais je ne me suis jamais posé la question de l'orientation sexuelle.
Est ce que ce "franchissement" serait un débat intérieur induit simplement par l'expérience passée et la valeur qu'on lui attribue ? Sinon, comment expliquer qu'il soit possible ?
avatar
Avalon

Messages : 1420
Date d'inscription : 31/10/2010
Localisation : RP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Stephanie Dupont le Sam 8 Déc 2018 - 21:43

galwenne a écrit:Pour mon expérience et la connaissance de femmes trans et  de transgenre je dirais qu'une majorité se disent préférer les femmes et rares sont celles qui avouent aimer les hommes même si elles se réunissent plus facilement entre genre identique  pouff

Personnellement, je ferais partie de celles, qui en tant que femme rechercherait si le besoin s'en faisait sentir la compagnie masculine, car ce serait pour la femme qui vit en moi une simple logique.

je ne vais pas m'étendre sur les préférences de chacune mais je pense que nous avons toutes un besoin ou un ressenti différent.

100% en phase avec ce que tu dis, rien à enlever ni à changer . . . mais comme nous sommes forcément un peu différentes (lol, c'est toi qui le dis) je rajouterais que c'est sympa également d'avoir aussi des amies pour discuter des sujets qui dépassent ces messieurs . . .
avatar
Stephanie Dupont

Messages : 268
Date d'inscription : 14/09/2018
Age : 60
Localisation : centre (Cher) et Dauphiné

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  chloe45t le Dim 9 Déc 2018 - 8:01

Mon expérience personnelle est la suivante :

Dans ma vie d'homme, j'étais exclusivement attirée par les femmes.

Mes premiers émois en tant que femme furent donc naturellement dans mon cas avec des femmes mais ma relation avec la première  d'entre elle  s'arrêta assez vite car ma partenaire ne souhaitait pas s'affubler d'un "accessoire masculin" ! Connaître le plaisir que vous imaginez était devenu pour moi une nécessité pour devenir une femme. La seconde relation fut durable et très épanouissante pouff Nous nous sommes quittées pour des raisons d'éloignement après 5 années de relations épisodiques mais régulières.

A l'issu, j'ai voulu absolument découvrir l'amour avec un homme, c'était pour moi comme "logique" selon les termes de Galwenne. Malheureusement, les hommes que j'ai rencontré à cette époque n'étaient intéressés que par le sexe et je suis restée coincée de ce côté là. Je ne suis  sans doute pas tombée sur les bons mais comme le suggère Claire et Avallon, je crois que je n'ai pas à l'époque franchi le cap psychologique. Je garde en tout cas de cette période instable et tumultueuse un très mauvais souvenir.

Heureusement, celle période s'est achevée avec la rencontre de "mon chéri", celui ci est tendre, attentionné, généreux, il a fait découvrir à la femme que je deviens l'amour hétéro et un plaisir complet. Au lit comme en société, c'est super (il assume totalement en public contrairement à d'autres). (*)

Aujourd'hui, je reste cependant dans la vie courante attirée par les femmes, il ne m'ai jamais arrivé d'être attirée par un inconnu comme ce peut être le cas pour une femme.

Est ce que je suis bi docteur ?  comen?

Je crois que l'essentiel est le ressenti que l'on a de notre genre et celui que nous manifeste  notre partenaire, qu'il soit homme ou femme.

Biz bizou

(*) C'est une nouvelle part de ma vie dont je vous fais pars aujourd'hui qui mérite une explication. Je suis en couple avec la mère de mes enfants. Nous n'avons plus de relations sexuelles depuis plusieurs années mais cela n'empêche pas que nous vivions encore aujourd'hui ensemble. "Mon chéri" a également une vie en couple officielle de son côté, nous nous voyons occasionnellement et cela nous convient à tous les deux. Je ne préjuge rien de la suite
avatar
chloe45t

Messages : 30
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 56
Localisation : Orleans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 10:51

Je vois une certaine logique dans la description de ta sexualité, Chloe. C'est de l'hétérosexualité finalement. Et elle est simplement aussi ambiguë que ton identité.
Le rejet des hommes qui ne sont attirés que par le sexe, nous l'avons en commun. Sans un minimum de relation, aucun intérêt.

Pour continuer dans la comparaison. Je ne regarde pas les hommes comme un homme hetero regarde une femme. L'intérêt pour un homme vient plutôt d'un regard, d'un comportement. C'est le cœur qui est le déclencheur. Si je devais décrire ça de manière un peu pompeuse, je dirai qu'en tant que femme je ne fais pas de sexe, je me donne à un homme.


Dernière édition par Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 10:53, édité 1 fois
avatar
Avalon

Messages : 1420
Date d'inscription : 31/10/2010
Localisation : RP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Michele-Anne le Dim 9 Déc 2018 - 10:53

Puisque tout le monde parle de ses expériences, je me lance moi aussi et ce sera vite fait vu que je n'aime ni les hommes ni les femmes. Jamais je n'ai pu établir, ni avec les uns ni avec les autres, la confiance et la connivence nécessaires pour créér le climat propice à une attirance sentimentale, encore moins sexuelle. Pour tout dire, j'ai le sentiment d'être tout à fait seule de mon espèce...

Ici Lyanh [Que deviens-tu Lyanh ? Tu nous manques, tu as disparu des radars depuis Avril 2018, si tu nous lis fais nous signe !] nous parlerait certainement de la loi d'attraction, et malheureusement je devrais alors convenir que je n'attire que les psychopathes, aussi bien hommes que femmes, car je me suis retrouvée deux fois piégée de cette façon.

Mon mariage catastrophique, d'abord, a été une entreprise menée par une malade mentale atteinte de la folie de la persécution (ceci découvert bien trop tard hélas), dans laquelle je n'ai fait que suivre, et que j'ai acceptée du seul fait de mon désir d'avoir des enfants, à une époque où j'étais dans une grande détresse. Il n'y a pas de mots pour décrire tout ce que j'ai subi et celles qui connaissent un peu cette maladie me comprendront. J'en suis restée traumatisée et même si je connaissais un jour les délices du veuvage je n'approcherais pas une femme à moins de cent mètres.

Puis, comme si cela ne suffisait pas, voici une dizaine d'années déjà, je me suis retrouvée harcelée par un homme (FTM), un artiste avec qui j'avais cru, fort imprudemment, pouvoir lier une amitié fondée sur des goûts, intérêts et culture communs. C'était en fait un malade, un manipulateur et rien que ce simple début d'amitié a tourné lui aussi au cauchemar... Heureusement, j'ai réussi à y mettre un terme...

Alors je ne dis pas que, peut-être, certaines peuvent trouver quelque épanouissement dans une vie sentimentale et sexuelle, mais j'avoue que j'ai du mal à comprendre comment cela est possible et comment elles font; mais, plus que tout, je souhaite m'en tenir absolument à l'écart, étant fermement convaincue que, qui que nous soyons, homme, femme, Tv, Ts, MTF, FTM etc... nous ne sommes jamais que fondamentalement seuls en dépit de toutes les apparences de pseudo-rapprochements que ne fondent que les intérêts de l'autre ou de l'espèce...
avatar
Michele-Anne

Messages : 1098
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 58
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 11:20

Que de souffrance dans ces lignes.. J'en suis vraiment désolée pour toi.
Michele-Anne a écrit:, étant fermement convaincue que, qui que nous soyons, homme, femme, Tv, Ts, MTF, FTM etc... nous ne sommes jamais que fondamentalement seuls en dépit de toutes les apparences de pseudo-rapprochements que ne fondent que les intérêts de l'autre ou de l'espèce...
En fait, le tout sont des illusions qui font la force de l'ego. Je n'entrerai pas dans un débat mais garde simplement à l'esprit qu'on peut s'affranchir de cette souffrance.
bizou


Dernière édition par Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 11:47, édité 1 fois
avatar
Avalon

Messages : 1420
Date d'inscription : 31/10/2010
Localisation : RP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  chantal92 le Dim 9 Déc 2018 - 11:25

Avalon a écrit:
Chantal92 a écrit:Bon, je pense que tu es quelqu'un d'une très grande sensibilité et doté de beaucoup d'esprit, ce qui constitue (à mes yeux en tout cas) l'essentiel de ton charme....
C'est ça, dis que je suis moche!   rhaaaa
.

Voyons, Avalon, ne sais-tu pas que la vraie beauté, c'est la beauté intérieure, celle de l'âme ?
rir3      rir3      rir3     rir3

J'avoue que ce n'est pas sans malice que j'avais rédigé cette phrase, je m'attendais à cette réaction, que je qualifierais de typiquement féminine (donc un bon point pour toi) et qui m'offre l'occasion de présenter à nos fidèles lectrices trois remarques généralistes  :

1) Ayant connu durant ma vie plusieurs liaisons amoureuses avec des femmes  (pas de quoi rédiger une encyclopédie, mais quand même un petit lexique), j'ai constaté que les femmes n'apprécient pas les compliments partiels ; ne dites jamais à une femme que vous la trouvez intelligente avant de lui avoir dit que vous la trouvez belle, sinon elle pense que vous la trouvez moche (ta réaction, Avalon, même surjouée et dans l'humour, colle parfaitement à cela). D'autre part, une femme ne saurait se contenter d'un compliment partiel concernant une partie précise de son anatomie ; sinon elle pense que le reste ne vaut pas tripette à vos yeux.  D'où la litanie de Brigitte Bardot adressé à Michel Piccoli, dans le film "Le Méprie", de J.L.Godard : "Et mes lèvres, tu les aimes" , "Et mes mains, tu les trouves belles ?" "et mes seins...." "et mes fesses...."etc, etc. Donc, énumérer pour plaire.

2) Les hommes ne s'intéressent pas beaucoup aux yeux, ce n'est pas la première chose qu'ils regardent chez une femme. Souvenez-vous de la pub pour une marque de soutien-gorge, présentant une superbe fille au décolleté vertigineux , qui, vous faisant face, disait :"Regardez moi dans les yeux....J'ai dit "dans les yeux ! " . Moi-même me suis retrouvé plusieurs fois dans l'incapacité de dire de quelle couleur étaient  les yeux de ma dulcinée, même au bout de plusieurs mois (d'où une réaction furibarde de la dulcinée en question si elle s'en apercevait).
Lorsqu'un homme place les yeux en première position, c'est qu'il est vraiment amoureux. Cf la réplique la plus célèbre du cinéma français, de Gabin à Morgan, dans "Quai des brumes" : "T'as de beaux yeux tu sais !", qui me met KO à chaque fois que l'entends/vois.

3) Béatrice et Valérie ont vanté ton regard, Avalon, ce qui semble t'étonner  ; soit tes amants étaient presbytes, soit tes dîners aux chandelles n'en comportaient qu'une seule, réduisant leur capacité visuelle rir3
Et j'explique ainsi l'adjectif "profond" utilisé par Valérie : j'ai connu des femmes qui avaient des yeux jugés magnifiques, de vrais yeux de biche - mais où malheureusement ne se reflétaient que l'intelligence d'une biche....
La profondeur d'un regard est donnée par ce qu'il y a derrière ; en l'occurrence dans ton cas, ta sensibilité intellectuelle et émotionnelle. Tu vois que, finalement, c'était bien un compliment de ma part !
avatar
chantal92

Messages : 966
Date d'inscription : 11/05/2015
Age : 69
Localisation : boulogne billancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 12:03

Pfiou. Toi tu as des remarques généralistes qui font mouche!
merc
Merci pour le "réaction, que je qualifierais de typiquement féminine" et cette adorable remarque sur mon regard.
bizou

PS : Ça illustre bien ma réponse de 09:51 ^^
avatar
Avalon

Messages : 1420
Date d'inscription : 31/10/2010
Localisation : RP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Béatrice le Dim 9 Déc 2018 - 13:33

Michele-Anne a écrit:Puisque tout le monde parle de ses expériences, je me lance moi aussi et ce sera vite fait vu que je n'aime ni les hommes ni les femmes. Jamais je n'ai pu établir, ni avec les uns ni avec les autres, la confiance et la connivence nécessaires pour créér le climat propice à une attirance  sentimentale, encore moins sexuelle. Pour tout dire, j'ai le sentiment d'être tout à fait seule de mon espèce...

.

ben non ....

... je crains que nous ne soyons deux :rougi

Avalon a écrit:
En fait, le tout sont des illusions qui font la force de l'ego. Je n'entrerai pas dans un débat mais garde simplement à l'esprit qu'on peut s'affranchir de cette souffrance.
bizou

peut être !!! mais parvenu a un certain stade cela confine peut être a un masochisme assumé

ou du moins a une accoutumances
avatar
Béatrice

Messages : 4472
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  ClaireL le Dim 9 Déc 2018 - 13:49

Quelle qu'en soit la modalité, le repli sur soi est une impasse. Toutes les douleurs se transcendent sous réserve de s'en donner les moyens. Vivre est savoir accepter la souffrance, trouver sa voie pour l'éviter. Une belle illustration en en est à l'affiche en ce moment : le film "Les chatouilles" avec une femme victime de pédophilie.
Les personnes qui ont une faible sensibilité passent vite sur les moments difficiles et pratiquent peu le repli sur soi. Nous, transgenres, avons une sensibilité exacerbée. Dans ce cas, la connaissance de soi, de ses intelligences technique et émotionnelle, la méditation, les psys sont des moyens d'avancer. Ne croyez pas en votre capacité à dépasser les douleurs pour vivre pleinement.
avatar
ClaireL

Messages : 168
Date d'inscription : 03/04/2018
Age : 53
Localisation : Guyancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  ClaireL le Dim 9 Déc 2018 - 14:34

Petit complément que je viens de lire sur la méditation.

Comment expliquer l’action de la méditation de pleine conscience sur l’état de santé ? Les mécanismes semblent se situer à deux niveaux : d’une part, celui de la régulation cognitive (les
sujets entraînés identifient mieux le début des pensées négatives, et évitent ainsi de les laisser dégénérer en cycles prolongés de rumination) ; d’autre part, celui de la régulation émotionnelle : la pratique régulière de la pleine conscience permet de développer des capacités accrues d’acceptation, de recul et de modulation envers les émotions douloureuses.

Source : Cerveau&Psycho - n° 41 - Septembre - octobre 2010
avatar
ClaireL

Messages : 168
Date d'inscription : 03/04/2018
Age : 53
Localisation : Guyancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  chantal92 le Dim 9 Déc 2018 - 15:38

Michele-Anne a écrit: nous ne sommes jamais que fondamentalement seuls en dépit de toutes les apparences de pseudo-rapprochements que ne fondent que les intérêts de l'autre ou de l'espèce...

Dictionnaire d'Ambrose Bierce : "Seul : en mauvaise compagnie"

Ton histoire personnelle et la façon dont tu en parles, sont sinistres, Michèle-Anne. Je ne sais pas si ta vision de l'humanité et de la société en est l'une des causes ou l'une des résultantes. Mais j'ai l'impression que c'est à partir d'une contingence que tu es passée à une transcendance. Ou, pour moins jargonner, que c'est un vécu douloureux et non une réflexion générale sur les misères de l'homme, la tristesse de notre société, le dérisoire de notre existence , etc, qui t'a mené à cet isolement sentimental, désormais fondé sur une idéologie négative, et apparaissant donc comme insurmontable.

Si tu lis ce qu'écrit Claire, tu y verras qu'il existe des solutions immanentes pour dépasser cet isolement ; je ne sais pas si la "thérapie" qu'elle conseille est réellement opérante , mais elle a au moins une vertu indéniable : elle suppose et suscite tout à la fois l'envie de reconstruire une existence abîmée, ou "erronée" pour un transgenre, qui doit pratiquement repartir de zéro dans bien des domaines. J'aime bien tout ce qu'a écrit Claire sur la transidentité, on perçoit un apaisement, une sérénité croissante au fur et à mesure qu'elle progresse dans sa transition.

Persévérer dans la souffrance, que ce soit, pour reprendre ce que dit Béatrice, par "masochisme assumé" (là, en fait , c'est une jouissance perverse !) ou par simple "accoutumance"( simple force d'inertie ou esthétisme baudelairien : "Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille ") ne saurait à mes yeux être un destin, mais un choix, dès lors qu'il existe bel et bien une autre voie possible. Comme déjà dit, je suis une incorrigible optimiste, ce qui ne signifie pas que je vois tout du bon côté des choses (parfois, il n'y en a pas du tout), mais que j'ai foi en des solutions possibles.

Est-ce vous qui avez choisi la transidentité ou l'inverse ? De la réponse dépendront vos solutions.

"Où il y a une volonté, il y a aussi un chemin". (Goethe)
avatar
chantal92

Messages : 966
Date d'inscription : 11/05/2015
Age : 69
Localisation : boulogne billancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Béatrice le Dim 9 Déc 2018 - 17:35

...

il m est trop tard pour avoir des regrets - ou des envies ...!!! et ces "aveux" ne sont pas des appels au secours, ou des demandes de conseils

simplement un constat

une thérapie j en suis une depuis deja de nombreuses années

je vais vous renvoyer a ce qu'a Ecrit Michelle dans l album de la dinosaurette

Michele-Anne a écrit:Merci encore, les filles !

Chantal: Eh bien... à franchement parler, et sans provocation aucune,"se sentir femme", terme qui revient souvent chez nous, je ne sais pas ce que c'est ou ce que cela veut dire. Tout ce que je sais c'est que en tant que MA, je me sens bien, je ressens la vie et je la reçois. Je suis quelqu'un d'autre. Là où tu as raison c'est que je n'ai effectivement pas tellement besoin de me regarder dans le miroir ou de me replonger dans mes photos (celles que je publie ici, je ne les avais pas regardées depuis... oh je dirais sept à huit ans), même si cela me fait très plaisir de les revoir de temps en temps, ne serait-ce que pour me dire, avec peut-être un zeste de fierté et d'égocentrisme, "Tiens, voilà la femme qu'à la fois je suis et que j'aurais dû être", avec le sentiment diffus que si cela avait été tout aurait été tellement différent: plus facile, plus heureux, plus en harmonie... plus moi au fond de moi. Oui, tu as encore raison, MA est une incarnation, dans l'étroite limite de ce qu'elle peut être.

.



avatar
Béatrice

Messages : 4472
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Michele-Anne le Dim 9 Déc 2018 - 18:09

Je plussoie la patronne (sans fayoter, hein...) car je voudrais préciser les filles: il n'y a pas de souffrance et pas de masochisme! La souffrance naît de l'illusion de pouvoir aligner ses aspirations sur le réel et peut-être que ça a été mon cas jadis mais je suis passée au-dessus de ça: la perception et l'acceptation de la réalité atomisent les illusions et la souffrance disparaît pour laisser place à la satisfaction de la connaissance. Ca n'était pas pour moi, c'est tout (Je doute que ce soit d'ailleurs pour qui que ce soit, mais cela vous regarde vous et vous seules).

Tout ça pour revenir au sujet initial et dire que la nature de notre féminité est purement intérieure, pas déterminée par de la chimie organique, ni par notre "affectation de naissance", et qu'elle n'a pas non plus forcément à suivre les conventions comme l'Hamour, le sexe, etc...

Je ne sais pas pourquoi je suis ce que je suis mais, Chantal, je ne pense pas que je puisse dire l'avoir choisi. (Au fait: "Ubi voluntas, ibi via", c'est pas de Saint Isidore plutôt que de Goethe ? ;) )

PS: Moi j'ai pas de thérapie, Y'a pas encore de diplôme pour soigner mon cas ! :)
avatar
Michele-Anne

Messages : 1098
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 58
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 18:49

ClaireL a écrit:Comment expliquer l’action de la méditation de pleine conscience sur l’état de santé ?
Je ne vois pas nos amies partir dans cette voie mais au cas ou. Et pardon de jouer les madame je sais tout. Donc...
Soyez très prudente avec cette approche. Un des grands risques de la méditation c'est qu'elle peut faire remonter des choses à la conscience. Et peut rouvrir des plaies que vos mécanismes de défenses naturelles ont soigneusement occulté.  Une approche de la pratique à but thérapeutique devrait se faire à l'aide d'un guide. Sinon le remède pourrait être pire que le mal.
Bon après je dis ça, moi je n'y connais rien hein.. ^^
genty


Et donc... Il n'y aurait pas quelqu'un qui aurait une love story dégoulinante de sentiments à nous raconter? J'ai le moral dans les escarpins là moi !

A défaut on devrait s'habiller super sexy, se trouver un coin tranquille, passer de bonne musique, danser et boire au delà du raisonnable.
Qui a la dernière complil de Mike Brant?? ^^
D'accord c'est débile mais si ça vous a fait sourire c'est déjà ça. (Quoi que le programme ci dessus.. croyez moi ça marche clyeu )


Dernière édition par Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 19:14, édité 1 fois
avatar
Avalon

Messages : 1420
Date d'inscription : 31/10/2010
Localisation : RP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  ClaireL le Dim 9 Déc 2018 - 19:06

@avalon : la méditation n'est pas une pratique thérapeutique et ne consiste pas à ouvrir l'inconscient. Elle vise juste l'acceptation des ressentis physioloqigues et émotionnels sans (dé-)raisonner à leurs sujets (je pratique quotidiennement la méditation, Cf. mon profil).

Sinon, que de fuites, que de miroirs aux alouettes (la connaissance, appréciée, appréciable est un puits sans fond, le miroir de sa propre illusion) ! L'acceptation de ses ressentis émotionnels est une condition d'un intellect posé, qui choisit librement ses domaines de prédilection sans tomber dans les rassurantes traditions "subies" (ex : les Humanités).
avatar
ClaireL

Messages : 168
Date d'inscription : 03/04/2018
Age : 53
Localisation : Guyancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  chantal92 le Dim 9 Déc 2018 - 19:57

Michele-Anne a écrit:Je plussoie la patronne (sans fayoter, hein...) car je voudrais préciser les filles: il n'y a pas de souffrance et pas de masochisme!

Tout ça pour revenir au sujet initial et dire que la nature de notre féminité est purement intérieure, pas déterminée par de la chimie organique, ni par notre "affectation de naissance", et qu'elle n'a pas non plus forcément à suivre les conventions comme l'Hamour, le sexe, etc...

Je ne sais pas pourquoi je suis ce que je suis mais, Chantal, je ne pense pas que je puisse dire l'avoir choisi. (Au fait: "Ubi voluntas, ibi via", c'est pas de Saint Isidore plutôt que de Goethe ?  ;) )


Fayotage éhonté , Michèle-Anne, tu plussoie Béatrice....et tu oublies que c'est elle qui a utilisé le mot "masochisme" ; et Avalon, le mot souffrance (je suis une cafteuse).

Tu es latiniste et moi germaniste : tu as raison pour St Isidore et moi pour Goethe ; je n'y peux rien s'il a copié....

Quand tu dis "ne pas avoir choisi", ceci, à mon sens, peut être relié à ton autre affirmation : "la nature de notre féminité est purement intérieure" . Alleluia ! voilà une semaine que j'attendais cette phrase, qui nous place au coeur du sujet initié par Daniela. A mon retour de Belgique (jeudi), je reviendrai là-dessus, si la discussion est toujours en cours....
coucou
avatar
chantal92

Messages : 966
Date d'inscription : 11/05/2015
Age : 69
Localisation : boulogne billancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Michele-Anne le Dim 9 Déc 2018 - 21:45

Avalon a écrit:Je ne vois pas nos amies partir dans cette voie mais au cas où...
En fait, je pratique déjà une forme de méditation depuis très longtemps... Sinon je serai morte! Et le moindre de ses avantages n'est pas de me rendre totalement insensible aux provocs à deux balles de certaines... Indispensable quand on est admin ;)

chantal92 a écrit:Fayotage éhonté , Michèle-Anne
J'avoue, j'avoue! ;)
avatar
Michele-Anne

Messages : 1098
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 58
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Avalon le Dim 9 Déc 2018 - 22:05

Michele-Anne a écrit:Et le moindre de ses avantages n'est pas de me rendre totalement insensible aux provocs à deux balles de certaines... Indispensable quand on est admin ;)
Ah oui? Pour que tu l'évoques, ça ne doit pas être exceptionnel. Vous devriez faire une rubrique dédiée genre bêtisier ? ^^
Je serais curieuse d'en savoir plus sur cette forme de méditation ;-)
avatar
Avalon

Messages : 1420
Date d'inscription : 31/10/2010
Localisation : RP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Béatrice le Dim 9 Déc 2018 - 22:15

ClaireL a écrit:@avalon : la méditation n'est pas une pratique thérapeutique et ne consiste pas à ouvrir l'inconscient. Elle vise juste l'acceptation des ressentis physioloqigues et émotionnels sans (dé-)raisonner à leurs sujets (je pratique quotidiennement la méditation, Cf. mon profil).

Sinon, que de fuites, que de miroirs aux alouettes (la connaissance, appréciée, appréciable est un puits sans fond, le miroir de sa propre illusion) ! L'acceptation de ses ressentis émotionnels est une condition d'un intellect posé, qui choisit librement ses domaines de prédilection sans tomber dans les rassurantes traditions "subies" (ex : les Humanités).


Voila des propos qui ressemble plus a des jugements qu a des commentaires
Fuite  ??  - miroir aux alouettes   ??  
Que sais tu finalement de nos renoncements  .. De ce qui nous a conduite, au delà de nos simple ressentis émotionnels a choisir le chemin que nous avons pris

au nom de quelle Vérité Claire te permet tu donc de "juger" ??  

parce que tu a choisi de prendre une voie .. entendrais tu, comme hélas beaucoup de tes consœurs,  que c'est le seul qui vaille ???  Au prix, peut être de combien de cadavres que tu abandonneras comme d autre aux seules fins de satisfaire tes propres petites  émotions ??

Il me semble retrouver là ces commentaires de ces khmers (associatifs parfois)  qui prétendent détenir la seule vérité de notre monde
il n est qu'un dieu, celui de la transition et si tu ne l accompli pas tu n es pas digne d être des nôtres   …  ??? !!

ce prêche là n a pas sa place sur ce forum ....  tu peu aller vendre tes cours de méditations ailleurs et cela nous epargnera ce genre de propos plus que méprisants

avatar
Béatrice

Messages : 4472
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  ClaireL le Lun 10 Déc 2018 - 0:08

Se faire comprendre par l'écrit seulement est toujours risqué. Vos écrits appelaient pour le moins de la compassion, que Chantal et moi avons exprimée.
Publier sur un forum est aussi fait pour obtenir de l'aide. Ne soyez donc pas surprises si les réponses donnent d'abord dans la compassion et le soutien.

Pourquoi publiez-vous donc des positions "sinistres" (dixit Chantal) si ce n'est pas pour obtenir du feedback ? Partant d'une position étrangère aux autres  ("le sentiment d'être tout à fait seule de mon espèce"), il faut s'attendre à la publication de propositions qui vous surprennent. Il ne faut pas pour autant les prendre pour de la provocation et encore moins du jugement. A minima, faut-il les accepter comme le débat contradictoire inhérent à un forum.

Je suis désolée que mes propos aient été perçus comme provocateurs. D'autant plus que les extraits sur la méditation proviennent d'une publication scientifique de la sommité française sur le sujet (C. André).
La fuite ? C'est mon ressenti à vous lire, ce n'est pas un jugement.
La connaissance de spécialiste (qui vous semble être familière et que ma profession m'a amenée à pratiquer pendant 35 ans) ? Une illustration issue de mon expérience. Ne surinterprétez pas.

Encore pire, lorsque mes propos sont perçus comme intégristes de la transition complète. J'ai tenu une position d'ouverture aux antipodes dans le fil sur la diversité de genre. Globalement, je ne fais que partager mes joies et mes peines, mes difficultés. A lire certains commentaires, ils sont quelquefois appréciés (encore ce matin).
avatar
ClaireL

Messages : 168
Date d'inscription : 03/04/2018
Age : 53
Localisation : Guyancourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur notre féminité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum